mercredi 28 avril 2010

Quelle est la différence entre l'abstinence et la continence?


Bon.... Je vous ai vu là derrière en train de rigoler! Allez-y! Faites-les toutes vos blagues scatologiques qu'on puisse passer aux choses sérieuses! ;-)

Blagues à part, on entend souvent parler de l'abstinence, mais très peu de la continence en lien avec la sexualité.

Lorsqu'on parle d'abstinence, on l'associe encore beaucoup à la chasteté. Dans cette optique, l'abstinence consisterait à se priver volontairement d'avoir une activité sexuelle associée à un principe religieux. Bref, on associe souvent l'abstinence à un choix imposé et non à un choix éclairé.

Mais qu'advient-il des personnes qui souhaitent repousser le moment des activités sexuelles avec un.e partenaire? C'est ici qu'entre en jeu la continence, car c'est exactement ce qu'elle définit! En effet, lorsque Lady Gaga invite les jeunes à prendre leur temps avant d'avoir des relations sexuelles et que d'attendre avant de connaître la personne pour avoir des relations sexuelles, c'est correct (voir l'extrait ici), elle parle d'avantage de la continence et que de l'abstinence.

Mais quel est le principal problème avec la continence? SON NOM! En effet, ça manque de poésie un peu cette histoire! Vous n'auriez pas un nouveau nom à nous proposer?

Allez hop le nouveau concours! Nommez-nous une nouvelle façon de parler du fait d'attendre avant d'avoir des relations sexuelles avec une personne!

Bonne réflexion!

mardi 27 avril 2010

Richard Martineau critique l'absence d'éducation à la sexualité à l'école


Vous connaissez le chroniqueur Richard Martineau? Aujourd'hui, il critique l'absence d'éducation à la sexualité à l'école. Je pourrais difficilement être contre! Je vous inviter à aller lire son texte "Cris et suçotements!

Bonne lecture!

dimanche 25 avril 2010

Réflexion et critique de "La vie après l'amour"


Vous souvenez-vous du film "La vie après l'amour", le film québécois datant de 2000 mettant en vedette Sylvie Léonard et Michel Côté?

Bon, je suis d'accord avec vous; je suis 10 ans en retard pour faire la critique de ce film! J'en parle aujourd'hui car le film a joué à ciné-matin. J'avais déjà vu ce film, mais je ne me souvenais plus tellement du dénouement et aujourd'hui, en l'écoutant, un élément m'a réellement frappée.

En résumé, le film raconte l'histoire d'un homme qui se fait laisser par sa femme après 20 ans de mariage et celle-ci refait sa vie avec un autre homme. Le personnage que joue Michel Côté est complètement dépassé par les événements et n'arrive pas à passer par dessus cette rupture amoureuse et conjugale.

Souhaitant reconquérir son ex, voici, entre autres choses, ce qu'il tente:

- Entrer par effraction chez son ex-femme et tenter de se faire passer pour son nouvel amoureux pour avoir des relations sexuelles avec elle;
- Se rendre au mariage de son ex-femme et tenter de l'interrompre en sortant une arme, en tirant des coups de feu et en faisant partir les gicleurs pour tenter d'empêcher le célébrant prononcer les voeux.

Ce qui me fait sourciller, c'est que le film est classé "comédie sentimentale" et non "comédie dramatique".

J'ai un peu de mal à comprendre la légèreté avec laquelle on traite une entrée par infraction, une tentative d'agression sexuelle (sans consentement, on parle d'une agression sexuelle), du harcèlement criminel et une agression armée.

Plusieurs hommes peuvent avoir des comportements qui ressemblent de près ou de loin à ceux du personnage de Michel Côté dans la vie réelle lorsque leurs conjointes les quittent. On sait aussi que ces situations sont loin d'être drôles! On sait qu'il arrive plus d'une dizaine de fois par année au Québec seulement que des hommes refusent leur rupture amoureuse à un point tel qu'ils choisissent de tuer leur ex-conjointe et parfois aussi de se suicider suite à ce meurtre.

Je vais vous dire ce qui me dérange dans le traitement de ce film: c'est principalement sa fin! Quelle est-elle? Cet homme qui dépassent les limites comme ce n'est pas permis fini par dire à son ex qu'il est amoureux d'elle et le sera encore pour toujours et quitte la salle. Comment celle-ci réagit? Elle quitte la salle d'audience de son propre mariage pour courir après son ex en lui criant "Tu es fou!!!", elle lui tombe dans les bras et l'embrasse amoureusement: FIN!

Combien de personnes croient que si elles dépassent les limites suffisamment pourront reconquérir la personne qu'elles aiment? Beaucoup trop. Dans combien de situations ça arrive réellement? Très peu souvent.

La fin de ce film me laisse extrêmement perplexe. Ça nous laisse l'idée qu'on doit TOUT tenter quand on aime une personne, même recourir à la force et à la violence (utiliser une arme). Une rupture amoureuse est un moment extrêmement douloureux, c'est vrai! Il faut aller chercher de l'aide, s'entourer et prendre le temps de vivre sa peine. Mais si on aime réellement une personne et que celle-ci ne nous aime plus, il faut savoir la laisser partir, car il est faux de croire qu'entrer par effraction chez elle fera en sorte qu'elle retombera amoureuse. Ce film ne représente en rien la réalité d'une rupture amoureuse. Si vous pensez recourir à ce genre de stratagèmes, vous avez besoin d'aide. Il existe des ressources pour vous et je vous invite sincèrement à les consulter avant de commettre des gestes irréparables qui risquent davantage de blesser la personne que vous aimez que la faire revenir:

Tel-aide: 1-877-700-2433

vendredi 23 avril 2010

Le hérisson est un animal masculin, le saviez-vous?


Je viens d'aller lire un texte qui s'appelle "Nos amis les hérissons" dans lequel une jeune femme nous raconte sa dernière virée dans une boutique pour bébés où la vendeuse lui a expliqué que les hérissons, ce sont des animaux masculins! Ce texte mi-hilarant, mi-réflectif aborde en partie les stéréotypes liés au sexe et le malaise social de ne pas être capable de classer une personne dans une case bien définie. Bref, il vaut vraiment la peine d'être lu!

Et vous?

Messieurs, comment intégrez-vous le rose, le ballet, les arts et les fleurs à votre vie?

Mesdames, quelle place prennent le bleu, le baseball, la tondeuse à gazon et le playstation 3 à la vôtre?

Allez, ne soyez pas timides; exprimez-vous!

mardi 20 avril 2010

Ma critique de l'Expo "Sexe: l'expo qui dit tout!"


Avez-vous entendu parler de la nouvelle exposition du Centre des Sciences de Montréal « Sexe : l’expo qui dit tout! » ? Il s’agit d’une exposition qui a été élaborée en collaboration avec des sexologues, des médecins, des infirmières, des pédagogues et le centre des sciences de Montréal.

Je n’irai pas de main morte : c’est une EXCELLENTE exposition!

En général, nous entendons parler de la sexualité en fonction de ce que nous ne devons pas faire. Cette exposition est un baume et une lueur d’espoir qui représente ce à quoi on pourrait aspirer lorsqu’on pense à une sexualité saine et positive.

L’expo est divisée en 5 volets : « mon origine », « moi », « moi et toi », « moi et les autres » et « ma perception ».

Il y a une panoplie d’éléments didactiques interactifs (des vidéos, des animations, des photos, des jeux quizz et j’en passe!) sur des sujets aussi variés que l’anatomie, le vieillissement, le poil, la séduction, les zones érogènes, la masturbation, l’excitation sexuelle, l’homosexualité, l’image corporelle, les stéréotypes, mettre ses limites, etc.

À certains moments, l’exposition est audacieuse en présentant une animation qui montre la masturbation chez les filles et les garçons, à un autre, elle est rigolote car elle nous demande de nous séduire avec notre langage non-verbal ou encore de nous mettre devant un miroir qui bouge et de l’arrêter lorsque celui-ci nous renvoie notre réelle image corporelle (sauriez-vous passer le test!?), à un autre elle est surprenante en nous présentant des images de corps nus à tous les âges, sans retouches Photoshop et ce, d’une façon tellement belle et sereine, mais toujours elle reste constructive, éducative, pertinente et jamais gratuite.

Ce qui est très intéressant de cette exposition, c’est qu’on nous présente la sexualité de façon positive: on ne parle pas d’agression sexuelle, mais on parle de « comment mettre ses limites », on ne parle pas des ITSS, mais on parle de contraception, de façons de négocier le condom et des facteurs de transmission selon les activités sexuelles, on ne parle pas d’infidélité, mais on parle de respect de la relation et même de plusieurs formes de relations!

Cette expo devrait être obligatoire pour toutes les personnes de plus de 12 ans (âge à avoir pour visiter l’expo)!

De cet ordre d'idées, si vous travaillez dans une école et que vous avez un petit budget pour l'éducation à la sexualité, mais que vous n'avez pas les moyens financiers d'engager un(e) sexologue de façon ponctuelle ou à temps partiel, organiser une journée pour aller visiter cette expo avec votre groupe serait un excellent point de départ. Ça vous permettrait peut-être même ensuite de partir de l'expo pour organiser des discussions fort intéressantes.

Si vous souhaitez en savoir plus, rendez-vous sur le site du CSM : "Sexe: l'expo qui dit tout!"

Bonne visite!

Source photo: site web du Centre des sciences de Montréal

lundi 19 avril 2010

Formation offertes dans les milieux de loisir


Bonjour tout le monde!

Vous l'avez peut-être déjà lu dans ma description, mais j'ai développé des ateliers de formation pour les personnes qui travaillent dans des milieux de loisir auprès des enfants et des adolescent(e)s à propos de la sexualité et des agressions sexuelles. Vous souhaitez prendre connaissance de ces ateliers de formation? Cliquez sur l'onglet "ateliers de formation" en haut de la page!

Sophie Morin, Sexologue-Consultante

vendredi 16 avril 2010

Une trouvaille très instructive!

J'ai découvert un blogue super intéressant aujourd'hui!

Il s'agit d'un blogue mis sur pied par une jeune femme qui apprend que l'homme qu'elle aime depuis 6 ans a une dysphorie de genre. "Mais qu'est-ce que la dysphorie de genre?" Il 'agit d'une personne qui prend conscience que son esprit et son corps n'ont pas le même sexe, donc dans la situation qui nous concerne, que son amoureux qui est un homme biologique se sentirait plutôt comme une femme et souffrirait beaucoup de cette situation. Cette jeune femme hétérosexuelle passe par toute une gamme d'émotions, car d'un côté, elle est amoureuse de cette personne et de l'autre, beaucoup de choses la chamboulent. Ce blogue est le fruit des réflexions et du cheminement de cette jeune femme, mais il ne s'agit pas d'un simple journal intime. En effet, ça nous permet d'apprendre une foule d'informations sur la dysphorie de genre, la transsexualité, le changement de sexe, mais pas d'un point de vue médical.

Sincèrement, si vous avez des questionnements à propos de la transsexualité et que vous êtes curieux de connaître le cheminement qu'une personne peut avoir, ce blogue risque d'amener des réponses à beaucoup de questions que vous n'oseriez jamais poser! De plus, le point de vue de cette conjointe est fort intéressant!

Bonne lecture!

lundi 12 avril 2010

L'affaire Brassard/Six dans la cité


Le 21 mars dernier, l'équipe de Six dans la cité a créé un débat social qui a été repris dans les jours suivants dans les médias.

Mise en contexte: un jeune auteur a décidé de faire la biographie d'André Brassard, metteur en scène très connu qui a été d'un grand apport pour le théâtre québécois. Par contre, l'homme est aussi connu pour avoir été été arrêté et condamné pour "détournement de mineur" pour avoir eu des relations sexuelles avec un adolescent de 14 ans. L'homme a purgé sa peine et il est possible que nous contemplions son oeuvre en faisant abstraction de son passé personnel.

Le bémol de la taille d'un rhinocéros qui se présente à nous, c'est que plus de 50% de la critique de la biographie des chroniqueurs de "Six dans la cité" a tourné autour de l'épisode de détournement de mineur du metteur en scène. L'extrait que nous lit Petrowski en pouffant de rire porte sur ce sujet; Homier-Roy ajoute que l'adolescent devait avoir "une vieille âme" (minimisation?). On nous cite les passages où Brassard dit ne pas être un pédophile, mais aimer les jeunes garçons (re-minimisation) et ça continue encore!!! Si vous souhaitez vous faire une tête par vous même, rendez-vous sur le site suivant à 35:00 pour avoir toute la chronique.

Le deuxième point qui vient s'ajouter à cette situation aberrante, c'est que j'ai entendu Homier-Roy et Petrowski sur les ondes de Christiane Charette quelques jours plus tard où Homier-Roy défendait haut et fort qu'il n'y avait eu aucun problème avec cette chronique. Il défendait son point en disant que ce n'est pas à eux de juger ce que Brassard avait fait! Je pourrais prendre en considération cet argument, mais le problème réside dans le fait qu'ils ONT jugé ce que Brassard a fait par leur attitude et les extraits cités. Personne ici ne peut me dire qu'il s'agissait d'un ton neutre pour parler du comportement de Brassard. Ils ont utilisé une légèreté déconcertante pour parler d'une agression sexuelle sur un mineur (dans la mesure où le consentement ne peut être donné par un enfant de cet âge, on parle d'une agression sexuelle) et une facilité à dire qu'on s'affole pour rien. En soi, il s'agit d'une prise de position. On ne parle pas ici d'un roman, mais d'une biographie.

Je suis d'accord qu'il n'est pas nécessaire que des chroniqueurs culturels dénoncent les comportements inacceptables d'un artiste; ils peuvent choisir de ne pas parler de sa vie privée. Par contre, si ceux-ci choisissent d'en parler, ils ne peuvent pas traiter avec légèreté un comportement comme celui du détournement de mineur d'un artiste qui minimise son geste en niant qu'il soit problématique! Un journaliste ne peut pas seulement potiner comme s'il s'agissait du geste de deux adultes consentants ou d'une histoire d'adultère! Un adulte a la responsabilité de protéger les enfants; et badiner en disant "Cet enfant avait peut-être une vieille âme" relève de la minimisation de la responsabilité qu'a un adulte de protéger un enfant en ne l'agressant pas sexuellement! Vous pouvez écouter l'extrait de l'entrevue de Christiane Charette ici.

Finalement, ce qui vient s'ajouter à toute cette mascarade, c'est que l'Ombudsman de Radio Canada a rendu une décision qui recommandait qu’on fasse une mise au point lors de la dernière émission de la saison, diffusée dimanche dernier, mais qu'aucune mise au point n'a été faite...


Par contre, je ne peux passer sous silence le fait que Nathalie Petrowski a su reconnaître son manque de jugement lors de son passage à Christiane Charette, ce qui est tout à son honneur.

En conclusion, ça me désole de voir le manque d'éthique professionnelle, mais surtout le manque de conscience sociale qu'a eue l'ensemble de l'équipe de "Six dans la cité", mais plus particulièrement de celui de René Homier-Roy. Commettre une erreur, ça peut arriver, mais il faut savoir la reconnaître et présenter des excuses. Je suis extrêmement déçue de voir qu'il a refusé de la faire, car j'avais beaucoup de respect pour ce chroniqueur avant cet épisode...

lundi 5 avril 2010

Changement d'adresse


Bonjour tout le monde!

Veuillez prendre note que j'ai maintenant un nom de domaine indépendant (adresse du site web). Il s'agit de www.sophiesexologue.com

De plus, si vous souhaitez communiquer avec moi, vous pourrez le faire à l'adresse suivante: sophie@sophiesexologue.com

La page www.sophiesexologue.blogspot.com sera encore en fonction, mais il est possible que certaines fonctionnalités n'apparaissent pas.

À bientôt!

Sophie Morin, Sexologue-Consultante

samedi 3 avril 2010

Nouvellement sur twitter!


Et oui!

Je n'y crois pas moi-même, mais semblerait-il qu'il faille rester à jour sur les nouveaux médiums de communication.

Bon Twitter n'est pas nouveau, mais il est nouveau dans ma vie! Je ne sais pas tellement encore comment il fonctionne et comment je l'utiliserai, mais si vous avez des commentaires ou des conseils à me donner sur le sujet, n'hésitez surtout pas!

Pour les personnes qui souhaitent me suivre sur Twitter, vous pouvez cliquez sur le lien suivant pour vous rendre sur ma page Twitter et vous y abonner.

Joyeuses Pâques à tout le monde!