mardi 28 juillet 2009

La visite des sites pornographiques est desormais interdite en Égypte


Un avocat islamiste vient de gagner un procès qui va interdire à tous et toutes la fréquentation des sites pornographiques en Égypte.

Plusieurs arguments fusent pour justifier cette décision; les deux principaux étant que le peuple islamiste n’est pas sensé visionner ce genre de contenus et qu’il est nécessaire de protéger les enfants et les adolescents d’avoir accès à ce matériel.

D’accord. On peut être contre la pornographie, mais qu’implique l’interdiction d’accès aux sites pornographiques? Quels sont les sites qui seront caractérisés de « pornographiques »? Est-ce que tous les sites ayant un lien avec la sexualité seront interdits? Comment classera-t-on les sites d’éducation à la sexualité? Ou les sites traitant de l’anatomie et de la biologie?

Ce genre de décision est inquiétante, car couper l’accès à de l’information pertinente et éducative à propos de la sexualité laisse les gens dans l’ignorance, ce qui les met d’avantage à risque; à risque de contracter des ITSS, de vivre des grossesses non-désirées, d’être victimes de violence sexuelle (confondre absence de consentement et devoir), etc.

De plus, cette décision de la Cour est un peu hypocrite quand on apprend que l’accès aux films pornographiques restera accessible par la télévision câblée.

À l’ère de l’hypersexualisation, croyez-vous que le Canada devrait se pencher sur la législation du matériel pornographique? Si oui, sur quel type de matériel? Le web? Les boutiques érotiques? Les vidéoclips? Etc.

Exprimez-vous! Qu’en pensez-vous?

Sophie Morin, Sexologue-Consultante


samedi 25 juillet 2009

C'est quoi l'hypersexualisation?


"C'est à cause de l'hypersexualisation!"

"L'hypersexualisation, c'est épouvantable!"

Mais c'est quoi l'hypersexualisation au fait?

Il n'existe pas une seule et unique définition de l'hypersexualisation. 

Mais en bref, l'hypersexualisation est le fait de sexualiser une chose qui ne l'est pas en soi. Par exemple, l'érotisation de l'enfance (habiller les petites filles en femmes, leur permettre de se maquiller au quotidien et non pas seulement pour jouer, leur acheter un soutien-gorge et des talons hauts) est un des principaux phénomènes observables de l'hypersexualisation.

On parle aussi de la "sexualisation de l'espace publique" qui consiste à érotiser l'espace public: la sexualité et l'érotisme, des concepts qui sont du domaine privé, sont maintenant très présents dans la sphère publique. On peut regarder une multitude de concepts publicitaires où, pour vendre des jeans, les personnes sont torse nu, pour vendre des bottes, les personnes sont nues, pour vendre des hamburgers, on voit des femmes qui lavent des voiture en maillots de bains, etc. On peut aussi regarder les vidéoclip et les comparer à ceux d'il y a 15 ou 20 ans. Non seulement une grande partie des chansons pop traite de la sexualité de façon assez explicite (pensons au hip hop, à Ciara, Justin Timberlake, Rhianna, Britney Spears, Madonna, etc.) mais les chorégraphies des vidéoclip sont aussi très sexuellement explicites, sans qu'il y ait un lien avec les paroles.

Peu d'ouvrages traitant de l'hypersexualisation parlent de ce phénomène social en lien avec le monde adulte, mais il ne faut pas se leurrer; les adultes aussi sont touchés par l'hypersexualisation. On pourrait croire que la personnalité des adultes est généralement ancrée depuis le début de l'âge adulte et qu'ils et elles sont moins atteint(e)s, mais ils et elles le sont tout de même.

Et il ne faut pas oublier que les adolescents et les adolescentes d'il  a 10 ans sont maintenant des adultes et traîneront l'héritage de leur adolescence hpersexualisée tout au cours de leur vie.
Plusieurs phénomènes participent à l'hypersexualisation et à la sexualisation de l'espace public à leur façon. Il ne s'agit donc pas de parler d'un phénomène isolé, d'une seule personne ou d'un groupe de personnes pour tenter d'intervenir auprès des individus, mais d'un phénomène social où tous et chacun ont leur part de responsabilité.  

Plusieurs ouvrages ont tenté de définir le concept. Le conseil du statut de la femme a publié en 2008 "le sexe dans les médias" qui traite de l'hypersexualisation et la sexualisation de l'espace publique.
Le CALACS (centre d'aide et de lutte aux agressions à caractère sexuel) de Rimouski, en collaboration avec la chercheure Pierrette Bouchard ont produit le document "Consentantes? hypersexualisation et violences sexuelles" (non disponible sur le web).
L'APA aux États-Unis (Associations des psychologues américains) a aussi produit un long rapport de recherche qui défini l'hypersexualisation "Sexualisation of girls".

Bonne lecture!

Sophie Morin, Sexologue-Consultante