mardi 23 mars 2010

J'ai hâte de voir la finale de C.A.!


L'auteur Louis Morissette nous en a fait vivre de toutes les couleurs depuis quatre ans avec sa télé-série C.A.

Il a abordé plusieurs thèmes tabous, ce qui lui a attiré plusieurs critiques, dont "Je peux pas croire qu'on dit vagin à la télé avec mes taxes" (phrase tirée d'une entrevue que j'ai fait auprès de l'auteur pour un travail universitaire à la maîtrise qui s'intitulait "Peut-on utiliser l'humour pour faire de l'éducation à la sexualité?").

Bref, malgré plusieurs controverses, j'ai bien aimé cette série et j'aime bien le travail de l'auteur.

La finale de l'épisode d'hier était troublante et abordait un autre sujet délicat de la société québécoise; la difficulté des hommes à gérer leurs émotions. Pour les personnes qui ne connaissent pas la série, Sarah et Martin sont en couple depuis plusieurs années et ont eu un enfant il y a un an et demi (enfant qui n'est pas la progéniture biologique de Martin). Depuis plusieurs semaines, Sarah se questionne sur son amour pour Martin et après une série d'événements, elle décide de le laisser, car elle ne l'aime plus. Martin tente maladroitement de la reconquérir par plusieurs moyens; la provocation, le romantisme, la jalousie, etc!

Le hic c'est que... Sarah ne l'aime plus!

La dernière scène nous montre un Martin désespéré assis dans la chambre de sa fille (il est entré par infraction). Il dit à Sarah qu'il l'aime... en tenant une carabine dans sa main. L'épisode se termine sur un black-out et un son de carabine qui se recharge.

Est-ce que Martin s'apprête à se suicider? À tuer son ex-blonde et sa fille? On ne le sait pas encore; on le saura la semaine prochaine.

Je profite de ce moment télévisuel pour aborder le sujet des peines d'amour. Il est vrai qu'une peine d'amour nous amène à vivre un deuil qui peut être très difficile à vivre et les impacts de celui-ci sont souvent sous-estimés. Mais si la personne que vous aimez vous dit que c'est fini et que vous aimez réellement cette personne, respectez son désir!

D'aucune façon vous n'avez le droit de vous imposer dans la vie de cette personne si elle souhaite ne plus être en relation amoureuse avec vous. Vous n'avez pas le droit de transposer la douleur que vous vivez sur cette personne; vous ne vous en sentirez pas mieux de toute façon. Entourez-vous de vos amis et prenez le temps de vivre cette peine. Si vous avez du mal à gérer toutes ces émotions qui émergent en vous, communiquez avec des ressources spécialisées.

www.acoeurdhomme.com
Suicide action: 1-866-APPELLE

Aucun commentaire: