lundi 5 juillet 2010

Les femmes vintage; ma critique


Ah la canicule!

N'est-ce pas un fantastique moment pour ne pas faire grand-chose allongé à côté d'un ventilateur? C'est aussi le moment de relaxer en lisant des livres qui nous font décrocher un peu. Dans les derniers mois, je vous ai annoncé la critique à venir de certains livres... qui ne sont jamais venus!

Mes prochains billets porteront donc sur mon appréciation (ou ma non-appréciation) de certains livres portant de près ou de loin sur la sexualité.

Aujourd'hui, je souhaite vous parler du dernier livre de la sexologue Jocelyne Robert "les femmes vintage".

Madame Robert a amorcé l'écriture de ce livre un peu avant de passer la soixantaine, ce qui lui a inspiré le sujet de son livre. Au cours de ces 200 pages, madame Robert nous porte à réfléchir sur notre relation au corps, au corps vieillissant (qui vieillit dès la naissance), aux pieds et aux mains que l'être humain fait pour tenter d'effacer ou de ralentir le vieillissement, de notre relation à la beauté, de nos critères de beauté, de la chirurgie esthétique, etc.

Au titre, nous pourrions être portés à croire que ce livre s'adresse à nos mères et à nos grands-mères exclusivement, mais vous avez tort! Ce livre s'adresse à toutes les femmes et à tous les hommes aussi. Plusieurs de mes ami.e.s ont passé le cap des 30 ans (ou sont sur le point de le passer) et j'entends la même rengaine partout depuis plusieurs mois "Mon dieu! Je suis vieux/vieille!". "Les femmes vintage" est le fruit d'une réflexion sur une foule de sujets qui touche de près ou de loin au vieillissement et qui apaisera peut-être un peu tous ceux et celles qui angoissent à l'idée de vieillir!

Mes appréciations:

  • Le traitement de la chirurgie esthétique sans jugement pour les personnes qui font le choix de passer sous le bistouri tout en abordant les risques pour la santé et la pression sociale qui y est associée. À mon sens, cette section vulgarise bien des choses à propos de la chirurgie et des interventions esthétiques.
  • La relation entre le vieillissement et la peur de la mort; la question est abordée de front, sans être terrorisante. La réflexion que propose madame Robert est même apaisante.
  • La poésie de la langue française: pour les personnes qui croient que "sexualité = vulgarité", vous trouverez un tout autre traitement de l'information dans "les femmes vintage"; Jocelyne Robert est très certainement une amoureuse de la langue française et réussie à nous présenter la beauté de la sexualité sas tomber dans le romantisme fini!

Mes bémols:

  • Les deux derniers chapitres sont un peu redondants sur le reste du livre;
  • Je crois qu'il s'agisse d'un choix éditorial d'aborder la sexualité dans toutes ses beautés, mais à un certain moment, je me suis questionnée: à quel point les femmes (et les hommes) qui ne sont pas à l'aise avec leur sexualité peuvent se sentir complexées de ne pas être aussi épanouies sexuellement que ce que madame Robert propose comme possibilités d'épanouissement...?

Mis à part ces quelques bémols, je vous recommande chaudement la lecture du livre "Les femmes vintage". Et même pas besoin d'attendre de se sentir vieilles ou vieux avant d'amorcer cette lecture!

1 commentaire:

Marie Claude L a dit…

J'ai bien aimé ce livre au niveau du contenu. Le début est écrit de façon drôle et rafraîchissante. L'écriture est d'une grande qualité. Par contre, le dernier quart au moins est trop redondant et j'ai perdu de l'intérêt à la lecture assez tôt dans le livre. J'ai pris un cours sur le vieillissement normal dans le cadre de mon travail et cela a changé mon point de vue sur le sujet. Je n'ai pas peur de vieillir. Je ne dis plus non plus comme compliment "tu as l'air jeune": pourquoi cela serait-il un compliment?
Bravo pour cette critique constructive