mardi 17 août 2010

Les biscuits de la fortune envahissent nos vie!

"Un de perdu, dix de retrouvés";
"Vie chaque jour comme si c'était le dernier"
"Quand on n'a pas ce que l'on aime, il faut aimer ce que l'on a"
" Si ça t'est arrivé, c'est que tu as quelque chose à apprendre de cette situation"

On a tous déjà entendu ce genre de phrases (et bien plus encore). On en a peut-être même déjà dit plusieurs! En général, les personnes qui nous les disent souhaitent nous remonter le moral, mais sincèrement, est-ce que ça fonctionne?

Rarement.

Mais pourquoi est-ce que ce genre de phrases nous remontent rarement le moral?

Parce que ces phrases sont généralement la conclusion d'un processus de réflexion, mais si nous n'avons pas personnellement vécu le processus, ces phrases ne nous feront aucun bien et risquent même d'avoir l'effet inverse!

En général, quand une personne tente de nous remonter le moral, c'est parce que nous vivons une situation plus ou moins difficile. Et cette situation plus ou moins difficile passera lorsque nous en aurons fait le deuil. Mais saviez-vous qu'il y a plusieurs étapes à un deuil? On en compte cinq. Dépendamment des situations, nous pouvons passer au travers des 5 étapes en 5 minutes ou en 5 ans! Ça dépend de la personne, de la situation et d'une foule de choses. Mais quoi qu'il en soit, nous passerons au travers de toutes ces étapes, c'est inévitable! Les voici:

La négation: Une personne commence d'abord par nier la situation "Tu me niaises? Voyons! Ça ne se peut pas!" Ça peut sembler contradictoire, mais nier la situation, c'est débuter le processus de prise de conscience de la situation qui vient d'arriver.

La colère: La colère est souvent le fruit de notre propre impuissance par rapport à la situation. Cette étape est inévitable. Cette colère peut se retourner contre nous-mêmes ou contre les personnes qui nous entourent au moment de ladite épreuve. Une personne qui nous dirait à cette étape "Un de perdu, 10 de retrouvés" risquerait donc d'être la cible de cette colère! ;-)

Le marchandage: C'est un pas de plus vers l'acceptation; la personne tente d'accepter la situation en trouvant des moyens de minimiser les impacts. C'est à ce moment que les personnes qui ne croient pas en Dieu se mettent à prier et à promettre d'être une meilleure personne si la situation se résorbe! :-) À ce stade, les personnes se mettent à acheter des millions de livres pour trouver LA réponse, s'inscrivent à des groupes de croissance personnelle, essaient de nouveaux médicaments miraculeux, etc. C'est à cette étape aussi qu'une personne serait plus vulnérable de se faire recruter par des groupuscules ou des sectes proposant une série de dogmes qui promettent de mettre fin aux souffrances des personnes.

La dépression: Malgré les mesures mises en place, la personne prend conscience que ce qu'elle a perdu ne reviendra pas. Petit à petit, cette période dépressive plus ou moins longue permet à la personne de se détacher tranquillement. C'est donc la cogitation qui permettra à la personne de mieux sauter après!

L'acceptation: Cette étape ne signifie pas que la personne parlera de la situation avec le sourire, mais elle accepte maintenant la situation. En général, on peut voir que la personne est à cette étape parce qu'elle se projette dans le futur; il y a une distance qui se crée, sans oublier ce qui est arrivé. C'est cette distance qui permettra à une personne de tirer des conclusions de ce qu'elle vient de vivre. C'est à la suite de cette étape qu'une personne sera capable de dire "un de perdu, dix de retrouvés" et "Quand on n'a pas ce que l'on aime, il faut aimer ce que l'on a", car ces phrases trouveront une résonance chez la personne; ces phrases seront associées à tout un processus au travers duquel la personne est passée; c'est une phrase qui résume le processus. Rien d'autre!

Donc le récital d'un sac complet de messages trouvés dans des biscuits de la fortune dans l'optique d'aider une personne ne risque pas de fonctionner. L'idée n'est pas de dire que ces phrases n'ont pas de sens, mais bien qu'une personne ne sera pas en mesure de les recevoir si elle n'est pas rendue à cette étape du processus. La meilleure façon d'aider les personnes que vous aimez reste d'être présent, à l'écoute et de nommer que vous serez là si la personne en a besoin, parce que les phrases toutes faites, sincèrement, ça craint....

Bien sûr, le processus de deuil se vit à la suite d'un décès, mais il se vit aussi à la suite d'une rupture amoureuse, d'une déception vécue dans une relation amicale, à la suite de l'échec d'un régime amaigrissant, etc! On vit des deuils au quotidien et une façon de mieux passer au travers des différents types de deuil, c'est de cesser de se juger par rapport aux émotions vécues lors de ces deuils! L'acceptation est la dernière étape, pas la première, ne l'oubliez pas. Et donnez-vous du temps!

3 commentaires:

Future Prof a dit…

Je suis présentement en peine d'amour et juste de lire ce billet m'a remonté le moral. Je vois la lumière un peu plus (métaphoriquement parlant).

Merci.

Sophie sexologue a dit…

@Future Prof: Tant mieux si ça peut mettre un peu de baume sur cette plaie... :-)

Méli a dit…

Je suis en plein là-dedans et merde que j'aurais voulu que ça n'arrive pas, c'est l'enfer par moment comme l'impuissance, l'injustice et le manque sont souffrants !