vendredi 1 octobre 2010

"Le bébé va détruire des parties de votre anatomie..."

Mon titre vous choque? Il me choque aussi, soyez sans crainte! Ce titre est une phrase que j'ai entendue au cours de l'émission "Famille 2.0" du jeudi 30 septembre 2010 sur les ondes du Canal V.
"Comment une phrase comme celle-ci peut être entendue au cours d'une émission qui traite de la famille?", vous demandez-vous? Parce que l'émission a décidé de vanter les mérites de la chirurgie esthétique après une grossesse. Vous remarquerez que je n'ai pas dit "présenter les différents aspects de la chirurgie esthétique", mais bien "vanter la chirurgie esthétique".
Je ne suis pas naïve, je sais que certaines femmes songent à la chirurgie esthétique après une grossesse; le corps d'une femme change durant cette période et certaines femmes l'acceptent très mal. Mon objectif ici n'est pas de porter un jugement à propos des femmes qui choisissent la chirurgie esthétique: les femmes se font déjà bien assez juger comme ça et on déjà suffisamment de pression qui vient de toutes parts!
Non, ma critique vient plutôt du traitement médiatique qu'on fait de la chirurgie esthétique dans les médias en général et dans une émission qui a pour thème "la famille" en particulier.
Mais avant, parlons un peu de la grossesse et des changements qui y sont associés:
L'arrivée d'un enfant amènera son lot de transformations:
- Pour les femmes, leurs corps changent: celui-ci sera partagé avec le foetus (durant la grossesse) et avec le bébé durant les premiers mois, si la femme choisit d'allaiter. Un accouchement, qu'il se fasse par voie naturelle ou par césarienne peut lui aussi affecter le corps sur une courte ou une longue période, dépendamment des femmes.
- Au sein du couple, l'homme et la femme qui étaient des amoureux et des amants sont maintenant aussi des parents! Et jongler avec tous ces chapeaux n'est pas toujours évident, surtout à l'arrivée du premier bébé.

- Au niveau des relations sociales, l'entourage, rempli de volonté (bonne ou mauvaise, ça dépend toujours de l'entourage!) donnera toute sorte de bons et de mauvais conseils. Certaines personnes se permettront aussi de porter des jugements sur vos façons de faire et de vivre. Ça passera de "Ah vous êtes vraiment bons!" à "Ah oui, vous faites ça comment ça...?", etc!
Avec l'arrivée d'une troisième personne dans un noyau familial, les deux partenaires de vie auront constamment besoin de négocier des choses, de faire des compromis et de prendre des décisions. S'ils ne le savaient pas déjà, ils prennent conscience qu'ils n'auront plus jamais le contrôle sur tout et qu'ils seront éternellement en remise en question à  propos d'eux, de leurs façons de faire et de leurs choix! :-)

Parmi
les éléments de remise en question qu'une femme qui vient d'accoucher peut avoir, on trouve parfois:

  • "Suis-je encore belle?"

  • "Suis-je encore désirable?

  • "Je ne me sens tellement pas sexy! J'ai l'impression d'être juste une vache à lait!"

  • "Je comprendrais que mon conjoint/ma conjointe aille voir ailleurs; moi-même je me trouve laide, grosse et repoussante!"

  • "Il faut que je perde du poids: j'ai l'air d'une baleine!
Et pourquoi selon vous les femmes se dévalorisent de la sorte? Parce que le modèle de beauté présenté dans les médias est celui d'une femme toujours plus jeune, mince et sexy. Bref, les codes sociaux de la beauté féminine se représentent par le corps d'une adolescente de 17 ans!
Il y a très peu de valorisation du corps de la femme à l'extérieur de ce modèle de beauté. Et la femme qui vient d'accoucher ne correspond pas à ce modèle. Ayant peur de ne plus être jolies, plusieurs femmes doutent d'elles-mêmes. Elles demandent conseil à des ami(e)s, lisent des livres et écoutent des émissions d'information publique pour les aider à prendre une décision concernant toutes ces modifications que leur corps vit. Et comme il y a une banalisation du recours aux interventions esthétiques et des régimes draconiens ayant des risques sur la santé, plusieurs femmes suivent la vague... 

Comment freiner cette vague qui déferle?
Qu'est-ce qui pourrait faire en sorte que les femmes remettent un peu moins en question leur de féminité, leurs aptitudes à séduire, leur beauté et leur "sex appeal" après une grossesse?

Plusieurs choses. Premièrement, avoir un(e) conjoint(e) qui continue de lui dire qu'il la trouve belle et qu'il la trouve encore désirable. Ensuite, voir des modèles de femmes qui sont fortes, belles et sexy après une grossesse. À ce sujet, je vous suggère de jeter un coup d'oeil au site Web "Aimons les courbes de la mère" qui rend hommage aux belles femmes qui ont enfanté. Et finalement, avoir accès à de l'information variée en ce qui concerne l'image corporelle après la grossesse.

À mon sens, la présentation d'information critique et variée est un rôle qui appartient entre autres aux médias. Je m'attends à ce qu'une émission d'affaires publiques qui a pour titre "Famille 2.0" soit en mesure de présenter de l'information qui aidera les parents à faire des choix éclairés par rapport à leur rôle de parents, mais aussi dans leur rôle d'hommes, de femmes et de modèles!

Entendre des phrases comme "Si vous avez plusieurs grossesses, vous allez avoir besoin d'un redrapage" ou "...les dégâts qu'une grossesse a laissés..." ou encore nous dire que le silicone dans les prothèses mammaires n'est pas nocif pour la santé, alors que Santé Canada a reconnu le danger du silicone pour l'environnement est pour moi complètement aberrant.

Ce qui est d'autant plus aberrant, c'est qu'à aucun moment on ne parle des risques que comporte une chirurgie esthétique. Il n'y a aucun argument critique par rapport à la chirurgie proposée et encore moins des alternatives pour apprendre à aimer son corps qui a donné la vie.
Comment une femme peut-elle prendre une décision libre et éclairée si le seul angle qu'on lui propose à propos de son corps est de le faire passer sous le bistouri après une grossesse? Il faudrait présenter dans la même émission plusieurs points de vue afin que les femmes puissent trouver une alternative qui leur plait. Mais présenter la chirurgie esthétique par le biais d'un chirurgien qui payé par les client(e) qui passent sous le bistouri est complètement démagogique; ce n'est pas traiter d'affaire publique, c'est faire une publicité à ce chirurgien!

Ce qui est tout à fait ironique, c'est que la semaine dernière, on nous présentait un dossier sur la sexualité des adolescent(e)s. Dans cette émission, l'animatrice semblait terrorisée de tout ce qui pourrait se passer dans la vie sexuelle de son fils à cette ère de l'hypersexualisation.

Sachez que présenter la chirurgie esthétique comme on présenterait le nouveau sport à la mode fait partie du phénomène de l'hypersexualisation. On banalise des interventions qui comportent des risques dans le but de correspondre au modèle de beauté unique de femmes: des femmes jeunes, minces et sexy!

Il n'y a pas que les adolescents qui sont touchés par l'hypersexualisation: les adultes et les femmes qui viennent d'accoucher aussi! Et une des façons de contrer ce phénomène est d'amener les gens à avoir une pensée critique à propos des images qu'on leur propose et qu'on leur impose, comme l'image de la femme qui doit peser 110 lbs et avoir des seins sous les aisselles après un accouchement.

Donc si on souhaite réellement aider ces personnes à se sentir bien dans leur peau, il faudrait leur donner l'occasion de faire des choix (donc en présentant plusieurs choix) et surtout, en évitant de banaliser la chirurgie esthétique.

L'émission "Famille 2.0" annonçait qu'elle souhaitait réinviter ce monsieur chirurgien pour parler d'autres chirurgies dans les prochaines émissions; j'espère sincèrement qu'ils prendront en considération mon commentaire dans le traitement de l'information qu'ils feront la prochaine fois...

En attendant, pour les personnes qui se questionnent à propos de la chirurgie esthétique et qui souhaitent être en mesure de prendre une décision éclairée à ce sujet, je vous recommande de consulter les fiches qu'a mis en place le Réseau québécois d'action pour la santé des femmes sur le sujet.

Bon week-end!

Sophie Morin, Sexologue-Consultante

p.s. Sachez que la chirurgie plastique et la chirurgie esthétique sont deux concepts différents. Pour connaître la différence, vous pouvez lire cet autre texte.

2 commentaires:

Émilie Dansereau-Trahan a dit…

Excellent post!
J'en reviens pas qu'une émission portant sur la famille puisse à ce point manquer de jugement. Je trouve épouvantable toute la pression que vivent les femmes par rapport à leur image d'elle-même. Ce n'est pas normal que tant de femmes souhaitent être différentes de ce qu'elles sont. J'espère aussi qu'ils tiendront compte de ton commentaire! Merci,
Émilie

Sophie sexologue a dit…

@Émilie: Merci pour votre commentaire. Les producteurs de l'émission "Famille 2.0" ne semblent pas tellement se préoccuper de ce fait, car je n'ai eu aucune nouvelle à la suite de mon commentaire.

Dommage...