vendredi 2 mars 2018

Comment parlez-vous de votre sexualité?


Quels sont vos intérêts sexuels? Vos goûts? Vos désirs? Les caresses que vous aimez et celles qui vous irritent? Un des premiers défis que j’observe dans mon bureau est le défi que certaines personnes ont à identifier ce qui les anime, ou pas, dans la sexualité. « Ben, comme tout le monde, là. Normal. J’aime ça». Avez-vous remarqué ces mots fourre-tout? « Ça », « là », « normal ». J’en entends plusieurs autres aussi dans mon bureau comme « c’est correct » ou « ça va ».

J’attire votre attention sur ces mots fourre-tout, car ils semblent complets et illustrer une évidence qui, finalement, n’en est pas une. Comment la personne avec qui vous aurez des contacts sexuels peut saisir ce que vous aimez si, vous-même, vous avez du mal à les décrire? « J’aime ça ». D’accord. De quoi sommes-nous en train de parler? De « ça » l’endroit où tu es en train de me caresser? « Ça » la pression avec laquelle tu me fais une caresse? « Ça », le moment qu’on est en train de passer ensemble? L’ambiance? La chimie qu’il y a entre nous? Les mots que tu utilises en même temps? Il peut y avoir une foule de significations à ce « ça ».

L’objectif ici n’est pas de trouver le mot accepté par l’Office de la langue française qui illustre très précisément le terme « qu’il faudrait utiliser ». Vous pouvez utiliser vos mots, ceux qui ont du sens pour vous, vos images, votre jargon. L’important n’est pas de savoir si vous direz clitoris, bouton, clicli, rosette, bourgeon, point ou gland. L’important, c’est que vous utilisiez des mots qui ont le même sens pour vous et pour l’autre pour vous assurer que vous êtes en train de parler de la même chose.

Beaucoup de conflits et d’irritations dans ce qui se passe dans une dynamique sexuelle surviennent lorsque deux personnes perçoivent que ce qu’elles sont en train de dire est une évidence et ne se rendent pas compte que ce n’est pas vraiment clair finalement. Ces situations arrivent régulièrement lorsqu’on utilise ces mots fourre-tout qui veulent tout et rien dire à la fois.

« J’aime pas ça! Je lui ai dit plein de fois, pis il continue! » Et si on mettait des mots sur ce « ça ». Vous souhaitez lui dire quoi? Qu’est-ce qu’il y a dans ses gestes, son rythme, son approche, le contexte que vous n’aimez pas? Et lorsque vous dites que vous « n’aimez pas ça », vous faites allusion à quoi? Vous vous sentez agressée? Vous êtes gênée? Vous êtes dégoûtée? Vous avez de la douleur physique? Vous vous sentez humilié.e? Les ajustements ne seront pas les mêmes si vous dites que ça vous gêne lorsque votre partenaire vous embrasse dans le cou, parce que vous ne savez pas comment recevoir son désir sexuel ou si vous dites que vous vous sentez agressé.e lorsque votre partenaire vous embrasse dans le cou, parce qu’il-elle est rude et choisi des moments inappropriés à des rapprochements sexuels.

Si vous vivez des défis dans votre dynamique amoureuse ou sexuelle, prenez le temps de réfléchir à comment vous en parler à l’autre; moins vous serez précis.e.s, plus les risques d’interprétations, et de mauvaise interprétation, sont grands… Ce qui accentue aussi les risques de conflits. Bonne réflexion!

1 commentaire:

Corentin a dit…

Merci pour ce très bon article, il est vrai que dans mon couple, le sujet est pas tabou mais c'est tout comme ...... Je ne sais plus trop comment faire, je lui dit souvent que je la désire mais je n'ai jamais de retour !! A croire que faire l'amour est une torture pour elle .... Aidez moi