dimanche 11 juillet 2010

Les Québécois ne veulent plus draguer et encore moins séduire; enfin ma critique!


Ça fait plusieurs mois que je vous avais annoncé la venue de ma critique du livre « Les Québécois ne veulent plus draguer et encore moins séduire ». J’ai amorcé cette lecture il y a presque un an et je viens tout juste de la terminer Il y a d’ailleurs une raison à ça : plusieurs passages de l’essai m’ont fait complètement sauter au plafond. J’avais donc décidé de mettre cette lecture de côté le temps de digérer un peu tout ça et je l’ai repris il y a quelques jours. Par contre, ces mois de repos n’ont pas changé ma perception; les mêmes propos m’ont toujours fait autant sauter au plafond! J

Ce qui est réellement étrange, c’est que plusieurs réflexions à propos du contexte de séduction au Québec sont réellement intéressantes! Mais plusieurs autres ont pour trame de fond « c’est à cause des féministes que les hommes sont si mêlés aujourd’hui ». Ah les méchantes féministes! Comme elles ont le dos large! 

Mais au-delà des féministes fautrices de trouble, les auteurs de l’essai nous font réfléchir sur des aspects très intéressants à propos des relations hommes femmes. On nous parle des prétextes utilisés pour ne pas séduire (la paresse, la peur du rejet, l’orgueil, etc.), de la problématique que cause l’opposition dans laquelle on place constamment les hommes et les femmes où l’accent est mis sur leurs différences, plutôt que sur leurs ressemblances plus grandes en nombre. On nous présente aussi le défi de la séduction dans un contexte où certaines femmes ont un besoin de contrôler la situation, laissent peu de place à l’imprévu, à la surprise et surtout, au laissé aller.

Toute une section est accordée aux impacts possibles de la pornographie sur les relations entre les hommes et les femmes, notamment sur les sites hard en constante augmentation sur le net où le corps est réduit à l’état de chose, d’objet uniquement destiné au plaisir égoïste où il est logiquement permis de le détruire. On nous parle aussi des modèles de la porno auxquels se réfèrent les hommes et au modèle Walt Disney du prince et de la princesse auquel se réfèrent les femmes.

Certains extraits méritent d’ailleurs d’être cités :
  • Dans l’intensité de l’émotion sentimentale, dans l’ambiguïté des perceptions amoureuses, il n’y a aucune égalité (…) Lorsqu’ils sont sous la domination du sentiment amoureux, les hommes et les femmes ne sont pas égaux. Ils sont profondément déstabilisés, mais complémentaires.
  • Les mythes (ne pas pleurer, de toujours être fort), les empêche (les hommes) de vivre pleinement leur potentiel dans les rapports avec eux-mêmes et avec les autres.
  • Ils (les hommes) doivent non pas trouver la place que les femmes voudraient qu’ils prennent, mais eux, trouver leur propre place. Il faut que les hommes puissent se redéfinir.
  • Nous vivons à une époque où, pour être « in », il faut aspirer à la perfection instantanée et, idéalement, sans effort.
On ne peut le nier: la séduction est un défi à relever. Que ce soit dans les relations hétérosexuelles ou homosexuelles (aspect complètement évacué de ce livre), ce n’est pas toujours évident. Alors que les auteurs nous ont présenté des réflexions intéressantes, ils en présentent d’autres complètement archaïques et préhistoriques. J’ai sélectionné quelques passages que je souhaite commenter :

Le spectre du harcèlement sexuel : Il faut insister sur une particularité québécoise : la lutte acharnée au harcèlement sexuel. Il est bien sûr nécessaire de réprimer les comportements harcelants, mais la définition du harcèlement peut ratisser tellement large qu’elle finit par englober des comportements de séduction.
Dans le reste du passage, les auteurs font carrément preuve de mauvaise foi dans les exemples cités. La séduction n’est certainement pas synonyme de harcèlement sexuel. Une personne peut tenter de séduire une autre personne, mais si cette autre personne envoie un signal de désintérêt ou met une limite, si la personne continue ses gestes ou ses paroles, ça devient du harcèlement sexuel. Il ne s'agit pas du geste, mais du contexte dans lequel ce geste a eu lieu qui nous permet de déterminer s'il s'agit de harcèlement ou non.

Les auteurs s’indignent, car la définition de harcèlement sexuel inclus qu’un seul geste peut être considéré comme du harcèlement sexuel. Mais pour que ce seul geste soit considéré comme du harcèlement, on ne parle pas d’un regard furtif! On pense à une personne qui empoignerait les fesses de son ou sa collègue « pour rire », d’une réunion durant laquelle une personne s’adresserait à une collègue en s’adressant volontairement à ses seins ou autres situations du genre.

Tenter de faire croire aux lecteurs(rices) qu’un sourire ou une tentative d’entrer en contact est considéré comme du harcèlement sexuel n’est rien d’autre que de la mauvaise foi et une méconnaissance du phénomène et des impacts du harcèlement sexuel chez les personnes qui en sont victimes.

Le féminisme a fait perdre de vue le plaisir de la drague.
Depuis quand les féministes sont contre la séduction? La majorité des féministes sont contre la banalisation du harcèlement sexuel et du « c’est juste une blague » de la part des personnes qui outre passent les limites. Mais la séduction, ça reste agréable et ce n'est absolument pas en contradiction avec les valeurs féministes.

L’art d’avoir l’air bête et l’anti-manuel de séduction : À l’écrit, toujours mieux s’exprimer avec aisance et originalité de manière à humilier le lecteur mâle.
Ok, donc une femme qui aurait étudié en littérature ou amoureuse de la langue ne pourrait écrire une lettre avec aisance et originalité? Est-ce réellement à une femme de niveler par le bas en n'utilisant pas ses forces pour séduire un homme de peur de blesser son orgueil ou à l’homme de savoir être séduit par une femme qui a une force qu’il n’a pas lui-même? Parce que ce que je comprends ici, c'est qu'une femme ne doit pas être plus intelligente qu’un homme pour ne pas le blesser… Bienvenue en 1950…

La vraie séduction, c’est de se faire désirer, ne pas montrer qu’on désire l’autre.
Je suis en désaccord avec ce postulat; je trouve que ça devient schizophrénique et aliénant! Cacher notre désir pour l’autre en souhaitant se faire désirer, c’est de la manipulation, mais c’est aussi avoir peur de perdre le contrôle. Et dans une relation saine entre deux personnes, il ne devrait pas y avoir de lutte de pouvoir de cette façon.

Au restaurant, il est monnaie courante que deux tourtereaux insistent pour diviser la note en part égale. Cette habitude, d’une impolitesse crasse, est un legs du mouvement féministe.
Je connais plusieurs personnes qui, au cours des premiers rendez-vous, préfèrent payer leur part. Il est évident que si l'autre personne souhaite vous inviter, il faut savoir accepter l’invitation. Mais est-ce qu'une femme doit s'attendre à ce que l’homme paye la note au restaurant? Je ne crois pas. Et si la femme souhaite inviter, l’homme devrait aussi accepter l’invitation sans s’insurger. Le féminisme prône effectivement l’égalité et je ne vois pas pourquoi il reviendrait aux hommes de payer et en quoi ça sabote la séduction.

Les femmes valorisent donc tout ce qui est féminin, et malgré leur amour pour les hommes, elles vont dévaloriser ce qui est masculin. C’est ce qu’on entend dans le discours féministe depuis 45 ou 50 ans; tout ce qui est considéré comme masculin, la compétition, la rationalité, etc. est même dévalorisé et même diabolisé.
Les féministes diabolisent la rationalité? Ça se passe de commentaire…

Les gars n’ont plus le droit d’être des gars.
Cet aspect est réellement intéressant, mais on ne définit nul par c’est quoi être un gars! Quand j’étais à l’université, j’ai fait le cours qui s'intitulait « La condition masculine » où nous nous étions penchés sur cette question. La conclusion à laquelle nous nous étions arrêtés, c’était que les hommes ne se définissent pas parce qu’ils sont, mais par ce qu’ils ne sont pas, soit ne pas être des femmes, ne pas être des enfants et ne pas être des homosexuels. Donc jusqu’à ce qu’une personne me définisse c’est quoi être un gars, il faut arrêter de dire que les femmes et les féministes empêchent les gars d’être des gars!

Je pourrais encore citer des dizaines d’exemples machistes et réducteurs présents dans ce livre, mais je vais m'arrêter ici.

Dans leur livre, les auteurs défendent la séduction et militent pour l’intégration de la séduction dans le mode de vie des Québécois et des Québécoises, mais ne semblent pas distinguer « séduire » et « aspirer à avoir des relations sexuelles ». Il y a là pour moi une contradiction si l'objectif est d'amener les Québécois à savoir séduire par plaisir et présenter la séduction dans un contexte qui vise surtout à avoir des relations sexuelles.

De plus, les auteurs nous présentent une panoplie d’auteurs qui disent militer pour la cause des hommes alors qu’une bonne partie d’entre eux militent surtout contre les féministes.

J'ai une question pour vous: est-ce que le contexte de la séduction est si catastrophique au Québec? Devrions-nous envier le contexte de séduction français ou Sud américain? Est-ce une mauvaise chose que plus de femmes participent activement au processus de séduction et n'attendent pas passivement que les hommes viennent les aborder? Je suis d'accord qu'il y a des améliorations à apporter: les hommes auraient avantage à reprendre confiance en eux et en leurs moyens et les femmes auraient avantage à apprendre à décliner sans mépris les avances d'une personne qui ne les intéresse pas. Mais sincèrement, je n'envie rien au contexte français où "mettre ses limites" devant un homme trop insistant nous attire des insultes telles "sale pute mal baisée". Et encore moins au contexte Sud américain où des soldats armés faisant le contrôle des routes se permettent d'arrêter 3 femmes pour les contrôler.... et en profite pour les questionner sur l'absence de leurs copains et essayer de leur soutirer leur numéro de téléphone (cette histoire m'est personnellement arrivée).

En bref, la trame de fond de ce livre présente plusieurs réflexions et solutions constructives noyées sous une mer de réflexions barbares qui m’ont trop souvent fait décrocher. Je ne crois pas que les auteurs soient anti-féministes, mais le choix des auteurs qu'ils citent dans leur ouvrage oriente la réflexion en ce sens.

11 commentaires:

Jean-Sébastien Marsan a dit…

Bonjour Sophie sexologue,

Je tiens d'abord à vous remercier d'avoir pris la peine d'écrire si longuement sur mon livre (même si votre critique n'est pas toujours favorable). C'est généreux de votre part.

En ce qui concerne le féminisme, je crois qu'il y a un malentendu. Dans Les Québécois ne veulent plus draguer, plusieurs pages (notamment des pages 56 à 65) soulignent à grands traits le formidable apport du féminisme dans l'histoire du Québec. Je suis très heureux de vivre dans une société qui a si bien intégré le principe de l'égalité homme-femme. Croyez-moi, je ne suis pas nostalgique du Québec des années 1940 et je n'ai pas d'amis chez les talibans!

Il y a aussi quelques passages du livre qui critiquent le mouvement féministe, car il n'est pas parfait. À mes yeux, le féminisme est un phénomène positif à 95%. Le 5% qui m'irrite, ce sont quelques effets pervers qui découlent du féminisme (et que les féministes, à l'origine, n'ont jamais voulu), par exemple cette manie si typiquement québécoise (que je n'ai jamais vue ailleurs dans le monde) de séparer les factures en deux au terme d'un rendez-vous qui se voulait galant. Au nom de l'égalité homme-femme érigée en absolu, homme et femme doivent être égaux devant une facture! C'est complètement débile. (Pour en savoir plus à ce sujet, voir le blogue Les Québécois ne veulent plus draguer, http://ladrague.qc.ca/2009/08/06/diviser-une-facture-ou-le-refus-de-la-galanterie/)

Vous nous reprochez de présenter, dans le livre Les Québécois ne veulent plus draguer, une "panoplie d'auteurs qui disent militer pour la cause des hommes alors qu'une bonne partie d'entre eux militent surtout contre les féministes." Je suppose que vous parlez d'Yvon Dallaire et autres intervenants. Permettez-moi de souligner que les spécialistes qui sont cités dans Les Québécois ne veulent plus draguer n'ont pas été sélectionnés sur la base d'un quelconque militantisme antiféministe, mais bien parce qu'ils avaient des choses à dire sur la séduction, sur la drague au Québec. (Et nous n'avons quand même pas donné la parole à des masculinistes!) En revanche, nous avons sollicité des féministes, qui ont presque tous refusé de nous rencontrer et de répondre à nos questions. Les féministes ne s'intéressent généralement pas à la séduction, à la drague, aux pulsions sexuelles, etc., car ces phénomènes irrationnels ne sont d'aucune utilité dans leur vision du monde axée sur la lutte rationnelle pour l'égalité des sexes.

Plusieurs éléments de votre critique (sur le harcèlement sexuel, sur la condition masculine) m'apparaissent complètement déconnectés des propos que je tiens dans mon livre. Il y a comme un gouffre entre ce que je voulais signifier dans le livre et la lecture critique que vous en faites. Mais bon, je ne m'en fais pas outre mesure avec ça...

Vous terminez votre critique avec une question: "est-ce que le contexte de la séduction est si catastrophique au Québec?" La réponse est oui. C'est la catastrophe. Vous savez pourquoi? Parce que tout le monde s'en plaint (y compris des gens en couple). Tout le monde est conscient que quelque chose ne tourne pas rond. Tout le monde ressent un malaise. Tout le monde est insatisfait. J'ai simplement voulu écrire un livre pour comprendre le pourquoi de cette insatisfaction, tenter de mettre le doigt sur le bobo.

Cordialement,

Jean-Sébastien Marsan

Sandra a dit…

Bonjour Sophie!

En tant qu'étudiante au bac en sexologie j'ai suivi le cours Femmes, féminisme et rapports de sexe (du bac de sociologie) de Francine Descarries et je crois que cette femme est une sommité en ce qui a trait au féminisme!

Je suis aussi choquée que M. Marsan soutienne que le féminisme rejette les jeux de la séduction en s'appuyant sur le simple argument que plusieurs ont refusé de lui répondre...

«Les féministes ne s'intéressent généralement pas à la séduction, à la drague, aux pulsions sexuelles, etc., car ces phénomènes irrationnels ne sont d'aucune utilité dans leur vision du monde axée sur la lutte rationnelle pour l'égalité des sexes.»
La violence conjugale et les lunes de miel qui s'aditionnent dans ces relations problématiques incluent certainement de la séduction... À moins d'exclure de l'égalité des sexes la lutte contre la violence faites aux femmes pour différentes raisons, il a tort.
De plus, on a longuement débattu des pulsions sexuelles et de leurs origines... ainsi que de la manière dont elles sont perçus dans notre culture actuelle.

Il est bien vrai qu'aujourd'hui le mouvement féministe semble responsable de bien des lacunes de notre société québécoise! Je blâmerais bien l'éducation avant de me rendre au féminisme, personnellement... Quoi qu'il en soit, cette critique est bien intéressante et je te remercie de nous la livrer!!

John a dit…

Chère Sohpie,

Ce lecture a du vraiment vous faire sauter au planfond car vous êtes sèche et impoli à l'égard de Jean-Sébastien : en tant que professionnelle dans l'espace publique vous vous devez de respecter certaines convention comme une salutation de fin de lettre. Cette manie de tourné court à toutes forme de politesse m'irrite au plus au point.

Sophie sexologue a dit…

@John: La présente critique en était une de l'oeuvre: il ne s'agissait pas d'une lettre adressée aux auteurs.

Pour ce qui est des commentaires qui font suite aux billets publiés, il s'agit de commentaires et non d'une correspondance entre deux personnes.

Et pour ce qui est de votre commentaire en ce qui concerne mon ton, je vous suggère la lecture du billet précédent à l'adresse suivante; vous verrez qu'il s'agit davantage d'une perception que d'une réalité: http://www.sophiesexologue.com/2010/07/10-pour-les-mots-et-90-pour.html

Je vous remercie tout de même de vous soucier de mon image professionnelle. :-)

Sophie sexologue a dit…

@ Sandra: Vous me faites penser à un truc... Monsieur Marsan dit que les féministes ont refusé de répondre à ses appels, mais est-ce que pour porter le titre de "féministe" il faut nécessairement avoir étudié à l'IREF? Devons-nous avoir étudié l'histoire des femmes de longues années pour être féministes? Non, pas du tout.

Jocelyne Robert a été interviewée pour ce livre, mais on la cite uniquement comme sexologue alors qu'elle se qualifie elle-même comme féministe.

Le féminisme est large et varié; il n'y a pas qu'un féminisme. Donc déjà, il faudrait cesser de mettre toutes les féministes dans le même panier et ne pas oublier que beaucoup de grandes femmes de carrières qui portent un titre professionnel sont aussi des féministes.

Martin PM a dit…

«"est-ce que le contexte de la séduction est si catastrophique au Québec?" La réponse est oui. C'est la catastrophe. Vous savez pourquoi? Parce que tout le monde s'en plaint (y compris des gens en couple).»

Je ne crois pas qu'on puisse arriver à une telle conclusion avec la perception qu'a un individu à partir d'un échantillon biaisé (qui est ce «tout le monde»?).

Je suis dans la mi-vingtaine et mon entourage semble assez satisfait des rapports égalitaires entre hommes et femmes dans la séduction. Je n'ai probablement pas un entourage plus représentatif que M. Marsan, mais je suis sceptique par rapport à son ton catastrophique. Si l'effet le plus pervers du féminisme est la division des factures, je ne m'inquièterais pas trop. Ça m'apparaît un peu banal comme comportement «débile» de l'égalité homme-femme érigée en absolu.

Isabelle D. a dit…

Moi, je me demande sur quelles prémisses M. Marsan se base pour affirmer de façon aussi péremptoire que le fait de séparer les factures de restaurant est une conduite typiquement québécoise, et débile de surcroît. A-t-il fait le tour du monde? A-t-il étudié les rapports entre les sexes absolument partout sur la planète? Pourtant, dans les bars ou cafés de Stockholm, d'Oslo et de Copenhague il n'est pas rare de voir les couples se partager tout naturellement la facture à la fin de la soirée.

M. Marsan dit se réjouir de vivre dans une société qui a bien intégré le principe d'égalité des sexes. Or, le comportement qu'il condamne et qu'il identifie comme étant l'un des dommages causés par le féminisme aux rapports de séduction entre hommes et femmes au Québec, est en fait un trait culturel que l'on peut relever dans plusieurs cultures occidentales, nordiques plus particulièrement. Ces cultures sont, comme le Québec, profondément marquées par un idéal social-démocrate, dont l'égalité (des chances, des sexes, des peuples, etc.) est l'une des valeurs fondamentales. Que penser alors des propos de M. Marsan? Est-ce à dire qu'il est pour l'égalité des sexes, en principe, mais qu'il n'est pas à l'aise avec les signes ou les conséquences de cette égalité? Y aurait-il certains signes d’égalité acceptables, mais pas d’autres? Y aurait-il une seule et unique définition de la galanterie? D’où vient son malaise exactement?

Quoi qu'il en soit, il s'en trouvera peut-être pour dire que c'est justement dans les cultures nordiques que le féminisme a fait le plus de ravages. Je demande toutefois à en être convaincue avec des arguments intellectuellement plus rigoureux que ceux basés sur une lacunaire expérience personnelle.

En attendant, je persiste à croire qu'un tel comportement, loin d'être complètement débile, montre au contraire que les couples québécois ont atteint un degré enviable de maturité dans leurs valeurs et que l'intérêt, le respect, l'amour et le désir qu'ils se manifestent n'a rien à voir avec la question de savoir qui paie l'addition à la fin du repas!

Isabelle Baron a dit…

Bonjour Sophie,

Une critique très intéressante. De mon point de vue de femme à la fin de la trentaine, j'ai toujours eu à faire les premiers pas. Autrement, j’aurais risqué d'attendre longtemps... je ne suis peut-être pas assez patiente. ;-)

Je suis certaine que les hommes aiment séduire et savoir qu'ils plaisent, par contre ils sont peut-être moins prompts à faire les premiers pas qu'autrefois. Peut-être sont-ils seulement contents de ne plus avoir la responsabilité totale de courtiser la belle.

Merci pour vos intéressantes critiques de livres.

Isabelle Baron

Sophie sexologue a dit…

Merci à tout le monde pour toutes vos réflexions et commentaires! :-)

Bruno a dit…

Bonjour Sophie,

Je suis un peu tardif à poser ma question; ce billet étant daté d'il y a presque un an. J'aimerais savoir si les auteurs présentent des recherches empiriques indiquant clairement que les Québécois ne participent pas activement au processus de séduction. Si c'est le cas, est-ce que ces données vous semblent assez fiables et représentatives afin d'en tirer la conclusion reflétant le titre de l'ouvrage ? Ou, à l'opposé, se réfèrent-ils à des travaux (statistiques) déjà effectués par d'autres ?

J'ai l'impression que la séduction est relative à chaque individu, homme ou femme, et qu'elle s'opère de manières aussi diverses et/ou subtiles qu'il y a d'individus. Par contre, mes impressions sont fondées à partir de mes propres observations, dans la vie de tous les jours, et ne découlent aucunement d'une étude exhaustive du sujet. C'est pour cela que je suis intéressé à savoir s'il y a vraiment un travail scientifique effectué pour caractériser ou définir ce "problème" (s'il y en a bel et bien un), avec des statistiques concrètes.

Merci !

Anonyme a dit…

Chère Madame ou Mademoiselle, sans vouloir vous offenser, et en toute amitié, il est flagrant vous n'avez absolument rien compris aux hommes et à leurs aspirations. Je parle des hommes sérieux qui souhaitent s'engager, pas des dragueurs en recherche de partenaire sexuelle interchangeable. Si vous continuez dans ce mode de pensée erroné, jamais vous ne connaîtrez la félicité avec un homme.